Glossaire


A | B | C | D | E | F | G | H | I | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | Z
  • Bandes enherbées

    Bande en herbes en bord de parcelle, située principalement le long des cours d'eau, qui agit comme une zone tampon en interceptant et filtrant les écoulements de surface

  • Barrage

    Ouvrage qui barre plus que le lit mineur d’un cours d’eau permanent ou intermittent ou un thalweg. On peut aussi dire qu’il barre un bassin versant. Mais un barrage peut être en dehors d’un cours d’eau. La retenue qu’il constitue à son amont est alimentée entre autre par les eaux du bassin versant, par gravité. Il existe plusieurs types de barrage, selon leur fonction : barrage hydro-électrique, barrage réservoir, barrage anti-pollution, barrage de navigation.

  • Bassin sédimentaire

    Portion de la croûte terrestre déprimée tectoniquement, une dépression en forme de cuvette évasée due à un affaissement lent et progressif (subsidence), où se sont empilés pendant une longue période (10 à 100 Ma.) et sur une grande épaisseur des sédiments variés, marins ou continentaux, subhorizontaux ou faiblement déformés.

  • Bassin versant

    Surface d'alimentation d'un cours d'eau ou d'un lac. Le bassin versant se définit comme l'aire de collecte considérée à partir d'un exutoire, limitée par le contour à l'intérieur duquel se rassemblent les eaux précipitées qui s'écoulent en surface et en souterrain vers cette sortie. Aussi dans un bassin versant, il y a continuité : longitudinale, de l'amont vers l'aval (ruisseaux, rivières, fleuves), latérale, des crêtes vers le fond de la vallée, verticale, des eaux superficielles vers des eaux souterraines et vice versa. Les limites sont la ligne de partage des eaux superficielles.

  • Benthos

    Ensemble des organismes aquatiques (marins ou dulcicoles) vivant à proximité du fond des mers et océans, des lacs et cours d'eau.

  • Bilan hydrologique

    1 – Somme des contributions positives (alimentation) et négatives (pertes) d'un hydro-système donné (lac, rivière, bassin versant, nappe souterraine, ...).

    2 - Opération consistant à évaluer les différents termes du bilan. Pour un bassin versant de surface, on distinguerait par exemple les apports par précipitation, rosée, exfiltration de la nappe ; les pertes par évaporation, ruissellement vers l'aval, évapotranspiration, infiltration vers la nappe ; ainsi que les transferts vers d'autres bassins versants (canaux, …) et les prélèvements.

  • Bioaccumulation

    désigne généralement la capacité des organismes à concentrer et à accumuler des substances chimiques à des concentrations bien supérieures à celles où elles se trouvent présentes dans l’eau qui les environne. Il s'agit du processus résultant de la prise en charge et de la rétention d'un élément chimique dans l'organisme à partir de toutes ses voies d'exposition (alimentation, respiration branchiale, exposition cutanée), toutes sources combinées (eau, sédiments, nourriture) (Spacie et al., 1995).

  • Biocénose

    Ensemble des organismes vivants (animaux et végétaux dont microorganismes) qui occupent un écosystème donné. Ce groupement d’êtres vivants est caractérisé par une composition spécifique déterminée et par l’existence de phénomènes d’interdépendance. Il occupe un espace que l’on
    appelle biotope et constitue avec lui l’écosystème. Une biocénose se modifie au cours du temps (phase pionnière, phase intermédiaire et phase d’équilibre).

  • Biodisponibilité

    Capacité d'un élément chimique à atteindre une cible biologique.
    Une forme chimique est considérée comme biodisponible lorsqu'elle est directement prise en charge par un organisme vivant à partir de son environnement.
    La biodisponibilité des contaminants organiques est généralement considérée comme une propriété intrinsèque de la molécule mère, bien que certains facteurs environnementaux, comme la matière organique dissoute (MOD), puissent en moduler la disponibilité. A l'inverse, de nombreux facteurs environnementaux influencent la biodisponibilité des métaux traces, car cette biodisponibilité dépend essentiellement de la spéciation du métal en solution, largement déterminée par les conditions physico-chimiques du milieux environnent (pH, dureté de l'eau, concentration en carbone organique dissous, etc.)

  • Biodiversité

    La biodiversité, au sens étymologique du terme, évoque la diversité du vivant, c'est-à-dire tous les processus, les modes de vie ou les fonctions qui conduisent à maintenir un organisme à l'état de vie. Ce mot est couramment utilisé pour désigner la diversité biologique.

  • Biomarqueur

    Changements observés ou mesurés à différents niveaux d'organisation biologique infra-populationnels (niveaux moléculaire, biochimique, cellulaire, physiologique ou comportemental) et qui reflètent l'exposition des organismes à au moins un contaminant.

  • Bon état

    Objectif à atteindre pour l’ensemble des eaux en 2015, conformément à la directive cadre sur l’eau 2000/60/CE, sauf en cas de report de délai ou de définition d’un objectif moins strict. Le bon état d’une eau de surface est atteint lorsque son état écologique et son état chimique sont au moins "bons". Le bon état d’une eau souterraine est atteint lorsque son état quantitatif et son état chimique sont au moins "bons".

Bas de page